Dialogues

Pour les nouvelles récentes sur le dialogue oecuménique et interreligieux, déroulez jusqu'après cette note Pour voir les vidéos de l’échange entre Laurence Freeman et Karim Ben Driss, allez à l’onglet Ressources/Vidéos sous la catégorie Dialogue.

Pour un dialogue authentique

Selon Jean-Claude Basset, le dialogue authentique c’est : « L’échange de paroles et l’écoute réciproque qui engagent deux ou plusieurs personnes, à la fois différentes et égales ». Il est donc nécessaire de quitter nos habitudes et nos conforts, nos manières d’être et de penser sclérosées pour devenir soi-même dans un esprit renouvelé et ouvert. Pour avancer dans cette voie, quatre composantes sont nécessaires : le recueillement, l’attention, le silence et l’écoute. Ce sont tous les ingrédients à la fois de la méditation et du dialogue avec les autres et avec l’Autre.

Dialogue laïque

La sécularisation de la société québécoise ne rend pas toujours possible une approche confessionnelle de la méditation, comme dans les écoles publiques par exemple. Dans ces contextes particuliers, le comité Jeunesse et Méditation initie parfois des enfants et des adolescents à la méditation par une approche non religieuse. Bien qu’en accord avec la mission de MCQ-RFC, il convienne mieux d’offrir une approche de foi aux personnes que l’on initie, il est de loin préférable de permettre à ces jeunes de faire l’expérience de leur vie intérieure encore en germe que de l’en priver. D’ailleurs, les études montrent que les bienfaits psychophysiologiques et les fruits spirituels s’apparentent beaucoup entre les diverses approches méditatives. Chacun(e) peut alors, au gré de son parcours, de ses connaissances et de la culture familiale, mais aussi grâce au dialogue de groupe qui suit le temps de méditation, donner un sens personnel à l’expérience vécue.

Vous trouverez dans la Boîte à outils, à l’onglet Jeunesse & Méditation/Matériel d’appoint, quelques expériences du genre relatées par les responsables de ce comité.

Nous vous invitons également à visonner le reportage Relaxation et actes de gentilesse, dans l'onglet Ressources/Vidéos/Jeunesse & Méditation, qui porte sur la pratique de la méditation laïque dans des écoles primaires de la Colombie-Britannique.

Dialogue œcuménique

Le dialogue œcuménique, c’est le dialogue

entre traditions religieuses de même famille.

Par exemple, des luthériens avec des catholiques.

« La méditation est aussi une authentique discipline du christianisme, bien qu’il semble parfois que ce soit le secret le mieux gardé du monde. Comme le rappelle toujours Laurence Freeman, Jésus a enseigné la contemplation et c’est la raison pour laquelle cette forme de prière a prospéré, particulièrement au IVe siècle, chez les Pères et les Mères du désert d’Égypte et de Palestine, qui avaient fondé leur vie sur l’exemple de Jésus. Jean Cassien a réuni leurs enseignements dans son livre Les Conférences. C’est en lisant cet ouvrage que John Main, un moine bénédictin, a redécouvert cette tradition, pour la transmettre à notre époque, et l’a offert à tous nos contemporains quel que soit leur état de vie, lui donnant le nom de « méditation chrétienne ». Ce n’est pas seulement la forme de prière des Pères et Mères du Désert mais aussi celle d’innombrables mystiques chrétiens de toutes les époques jusqu’à aujourd’hui. C’est aussi une forme de prière qui a été établie bien avant la Réforme, et avant la séparation entre le catholicisme romain et la chrétienté orthodoxe orientale. C’est donc un beau moyen, œcuménique, de prier ensemble. »

(Extraits de la Lettre n. 6 de l’École internationale de méditation chrétienne,

 L’universalité de la méditation, par Kim Nataraja)

Dialogue interreligieux

Le dialogue interreligieux, c’est le dialogue

entre des religions sans lien de parenté.

Par exemple, des chrétiens avec des bouddhistes.

En accord avec la pensée de Laurence Freeman, exprimée dans A Pearl of Great Price. Sharing the gift of meditation, nous retrouvons ce passage très évocateur dans la traduction française, Une perle de grand prix:

« L’attitude des chrétiens à l’égard des autres religions connaît aujourd’hui, sous la conduite de l’Esprit Saint, une mutation historique. Les chrétiens ne rejettent plus avec arrogance les fois étrangères mais sont capables de révérer ce qui est bon et saint en elles. Le dialogue avec ces religions nous oblige à rechercher de nouveaux moyens d’exprimer l’expérience chrétienne parallèlement à la théologie traditionnelle. L’expérience contemplative est essentielle si l’on veut que mûrisse le dialogue interreligieux. La communauté de méditation chrétienne est instinctivement œcuménique dans ce sens large. Chacune de ses réunions est ouverte à tous chercheurs sincères et toutes personnes devraient y trouver un accueil délicat et hospitalier. Bien que ce ne soit pas un groupe interreligieux en tant que tel, il est ouvert aux pratiquants d’autres religions, ou à ceux qui cherchent la foi, dans la mesure où ceux-ci acceptent de méditer avec des chrétiens – dont la foi en Christ, leur maître, leur inspire d’imiter sa vérité et son ouverture.

Si le groupe est d’accord, il pourra faire une expérience enrichissante en prenant contact avec d’autres groupes religieux locaux et en organisant de temps en temps une soirée de méditation interreligieuse. »

Des rencontres signifiantes

Les diverses communautés de méditantes et de méditants francophones sont invitées à initier des rencontres œcuméniques ou interreligieuses pour prier et méditer. Il est possible d’organiser des rencontres locales ou régionales.

Par exemple, Méditation chrétienne du Québec (MCQ) et des régions francophones du Canada (RFC) a été pendant quelques années un partenaire engagé pour les « veillées spirituelles pour la paix » organisées par le Centre de la Paix de Montréal, la Conférence mondiale des religions pour la paix et Initiatives et Changement.

En 2010, Un dialogue islamo-chrétien a été organisé par Michel Boyer entre Laurence Freeman, notre accompagnateur spirituel au plan international, et Karim Ben Driss, enseignant et fondateur de l’Institut soufi de Montréal.

En octobre 2006, MCQ-RFC a participé à l’organisation d’une rencontre à l’église Saint-Pierre-Apôtre de Montréal, avec Messieurs Pierre Toth de tradition juive, Amir M. Maasoumi de tradition musulmane et Yvon R. Théroux de tradition chrétienne.

En février 2005, un dialogue judéo-chrétien a eu lieu au temple Emanu-El Beth Sholom à Montréal avec Charles Lévy et Yvon R. Théroux.

  • Vous trouverez des textes en lien avec ces rencontres à l’onglet Ressources/Textes divers et lettres sous la catégorie Dialogue;
  • Pour voir les vidéos de l’échange entre Laurence Freeman et Karim Ben Driss, allez à l’onglet Ressources/Vidéos sous la catégorie Dialogue

 

Églises orthodoxes : des pas courageux vers la pleine communion

Message à la Communauté de Bose

XXIVe Colloque oecuménique international de spiritualité orthodoxe © monasterodibose.it

XXIVe Colloque oecuménique international de spiritualité orthodoxe © monasterodibose.it

« Tandis que nous cheminons ensemble vers le Royaume », que « nous soyons poussés à entreprendre des pas plus courageux et concrets vers la pleine communion » : c’est le vœu que forme le pape François dans son message daté du 18 août 2017 et adressé au fondateur de la Communauté de Bose, le Frère Enzo Bianchi, à l’occasion de l’ouverture des travaux du XXV Congrès œcuménique international de spiritualité orthodoxe.

Organisé par la Communauté monastique de Bose en collaboration avec les Églises orthodoxes du 6 au 9 septembre 2017, au Monastère de Bose (Italie), le congrès est intitulé « le don de l’hospitalité ».

S’inscrivant dans ce thème, le pape a souhaité que « grandissent toujours plus les sentiments fraternels » et que « mûrisse une authentique “hospitalité du cœur” ».

HG

Voici notre traduction du message du pape François.

À l’attention de Frère Enzo Bianchi

À l’occasion de l’ouverture du XXVème congrès œcuménique international de spiritualité orthodoxe, je désire vous adresse à tous, organisateurs et participants, mes salutations cordiales. En particulier, je voudrais offrir un chaleureux baiser de paix à Sa Sainteté le patriarche œcuménique, mon très cher frère Bartholomée, ainsi qu’à Sa Béatitude Theodoros, patriarche d’Alexandrie : votre présence importante honore les 25 ans du Congrès que le Monastère de Bose organise en collaboration avec les Églises orthodoxes et confirme leur contribution au chemin commun vers la pleine unité.

Le thème de cette année, « le don de l’hospitalité », est suggestif et actuel. C’est vrai, l’hospitalité est un don, un don que nous avons avant tout reçu : nous sommes les hôtes d’un monde créé pour nous et qui doit être gardé, mais nous sommes aussi de passage ici-bas, étrangers sur la terre, parce que des hôtes invités et attendus dans les cieux, où est notre citoyenneté (cf. Ph 3,20)

Entretemps, en tant que disciples en chemin, nous sommes appelés à fixer le regard sur ce qui ne passe pas, sur la charité qui n’aura jamais de fin (cf. 1 Cor 13,8), à nous accueillir les uns les autres comme des dons du Seigneur, à favoriser la sollicitude et l’affection réciproques, à « avoir compassion, à prendre part à la douleur de ceux qui souffrent, à considérer comme un mal pour nous-mêmes les mésaventures des autres » (N. Cabasilas, La vie dans le Christ, VI,8). Je vous souhaite que cet appel soit ravivé par l’écoute humble et sincère et par les réflexions de ces journées, pour que grandissent toujours plus les sentiments fraternels et que mûrisse une authentique « hospitalité du cœur » de sorte que, tandis que nous cheminons ensemble vers le Royaume, nous soyons poussés à entreprendre des pas plus courageux et concrets vers la pleine communion.

C’est avec ces sentiments que j’invoque sur vous et sur les travaux du congrès l’abondance des dons de l’Esprit, tandis que je vous demande de me garder une place dans vos prières.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

 

 

Grèce: le dialogue théologique catholico-orthodoxe en marche (5-9 septembre 2017)

Rencontre à Leros

Le pape François et le patriarche Bartholomée à Jérusalem, 25 mai 2014, Creative Commons, Nir Hason

Le pape François et le patriarche Bartholomée à Jérusalem, 25 mai 2014, Creative Commons, Nir Hason

Une réunion du Comité de coordination de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe se tiendra du 5 au 9 septembre, indique un communiqué du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, ce lundi 4 septembre 2017.

La rencontre aura lieu à Leros (Grèce) et sera hébergée par le métropolite orthodoxe Paisios (Aravantinos), du patriarcat œcuménique. Les travaux seront présidés par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et par l’archevêque de Telmessos Iob (Getcha), du patriarcat œcuménique.

Après la publication du document conjoint « Synodalité et primat au cours du premier millénaire. Vers une compréhension commune dans le service de l’unité de l’Église », en septembre 2016 à Chieti, en Italie, le Comité de coordination a la tâche de programmer les futurs pas du dialogue théologique catholico-orthodoxe.