Notre logo

Le logo de la Communauté mondiale de la Méditation chrétienne
Inspiré par l’art et l’histoire

Le symbole des deux colombes perchées sur le rebord d’un calice ou d’un autre vase remonte à l’Antiquité et trouve écho dans plusieurs cultures. L’usage de ce symbole par la Communauté mondiale de la Méditation chrétienne est inspiré d’une mosaïque datant du Ve siècle, de Galla Placidia, l’une des premières églises chrétiennes à Ravenne construite d’abord comme tombeau impérial. Les antécédents de ce symbole se retrouvent chez les Romains et chez les Grecs, mais ses racines premières sont probablement phéniciennes.

Les symboles utilisés

Le symbole de la colombe qui s’abreuve est un archétype, une métaphore pour le sacré qui se vit dans l’expérience personnelle de la réalité. Dans l’iconographie chrétienne l’eau représente le symbole mystique de la mort, la naissance et la renaissance ou la purification par le baptême. L’eau est l’ancien élément féminin de la nature, associé aux cycles de la lune et de tout pouvoir sur la vie. En tant que nectar, elle était le symbole grec de l’immortalité, en tant que vin, elle devient le sang du Christ dans l’iconographie chrétienne.

La colombe est le symbole chrétien de l’Esprit Saint. Dans la mythologie grecque, elle était l’oiseau de Vénus, l’oiseau d’amour. Dans l’art chrétien, les sept dons de l’Esprit Saint sont souvent représentés comme des colombes perchées dans l’Arbre de Vie ou s’abreuvant des eaux de la sagesse et de la vie éternelle.

Le calice évoque le mystère sacrificiel qui est au coeur de l’Eucharistie, où le Fils s’offre au Père, dans l’amour du Saint-Esprit, unifiant toute la création par son oblation.

La mise en scène

Les deux oiseaux, deux amis, sont perchés sur un même vase, l’un y boit l’eau et l’autre le regarde en silence. C’est une suggestion de l’union de la vie active et de la vie contemplative de chaque être humain. Marthe et Marie sont des soeurs inséparables dans la vie de ceux qui adorent Dieu dans la profondeur de leur âme. Comme le disait John Main:

« II existe une harmonie essentielle entre Être et Agir. Dieu est activité pure.

L’immobilité pure n’est pas inerte; c’est une énergie harmonisée qui a atteint son plus haut destin et, dans cette harmonie, sont contenus le pouvoir et le sens de tout mouvement. La méditation est la réalisation d’être, de l’action pure. Je ne peux être passif puisque ce qui est énergie et l’imnobilité est, au point culminant de l’action, énergie, conscience incandescente. »

Traduction d’un texte de Polly Schofield, Montréal.